American-expo-autoworld

American Dream Cars & Bikes

The Golden Years

Flash back sur les Golden Years ! L’Autoworld traverse l’Atlantique et nous fait revivre les années où tout semblait possible.

| Par Nicolas De Bruyn |

 

« I got chills, they’re multiplying, and I’m losing control. Cause the power, you’re supplying. It’s electrifying » ! Ooh ooh ooh, vous risquez fort d’entonner la mélodie en franchissant les portes de l’Autoworld ou d’oser les déhanchés légendaires de Danny Zuko et de Sandy.

L’exposition majeure de cette n d’année raconte le rêve américain à travers des voitures mythiques des Golden Years et des nouvelles Supercars inéluctables.

Bolides super puissants, nitions chromées, ailerons colorés à l’instar de la Chevrolet Corvette, la Cadillac Eldorado ou la Ford Mustang ! Une expo immanquable qui fera la place belle aux constructeurs qui rivalisaient d’imagination et d’excentricité.

Drive in movie

Le décor est planté ! Une station essence copie conforme des années ’60, des voitures iconiques stationnées devant l’écran géant projetant des « Road movies » légendaires dont la star principale est l’automobile ! Grease, American Graf ti, Gone in 60 seconds, Bullitt…

Les légendaires

La naissance du Rock’n’roll, les virées sur la Route 66… Revivez ce que l’Amérique a produit de plus exceptionnel entre 1949 et 1972 comme la Plymouth Superbird. Plus de quarante voitures historiques en un seul lieu !

Des carrosseries hors norme, du chrome, les « Big Three » sont incontournables ! Buick, Cadillac, Chevrolet et Pontiac assurent la notoriété de General Motors, Plymouth, Dodge et DeSoto con rment la renommée du groupe Chrysler, les Thunderbird, Torino, Edsel et Mercury af chent le must de Ford Motor Company.

Admirez les Pony cars telle que la mythique Ford Mustang et ses concurrentes, la Chevrolet Camaro et la Dodge Charger. En outre, un podium exclusif sera réservé aux voitures de course dont une Chevrolet Camaro Z28 Trans-Am 1968, une Ford Falcon Nascar et une Mustang Boss 302 Trans-Am 1970.

Easy Rider ! Une quinzaine de motos exceptionnelles, dont les emblématiques Harley- Davidson, représenteront les joyaux à deux roues du continent américain.

Mustang, l’avant-première

Pour les fans qui ne peuvent attendre le Brussels Motor Show de janvier 2018, la nouvelle Ford Mustang MCA 2018 sera présentée en exclusivité pour le Benelux.

 

AMERICAN DREAM CARS & BIKES, THE GOLDEN YEARS

Autoworld Museum Brussels
Parc du Cinquantenaire, 11 – 1000 Bruxelles

www.autoworld.be
www.americandreamcars.be

American-expo-autoworld-vintage

PenelopeCruz-Icone

Penélope Cruz

La diva au charme latin

Un sourire éclatant, des courbes de rêve, un charisme addictif ! Actrice, mannequin, la sensuelle icône ibérique est la première actrice espagnole à remporter un Oscar pour son rôle dans le lm « Vicky Cristina Barcelona » et également à avoir son étoile sur le Walk of Fame. On la retrouve dans les salles obscures le 6 décembre 2017 dans « Le crime de l’Orient Express ».

| Par Bella Shtag |

La fuerza del destino
Penélope Cruz Sánchez est née le 28 avril 1974 à Alcobendas dans la communauté de Madrid. Sa mère coiffeuse, son père mécanicien, rien ne laissait entrevoir un pareil destin !

A l’âge de cinq ans, elle commence des cours de danse classique qu’elle continuera durant neuf ans au Conservatoire National. Repérée par un agent, la belle adolescente présente « Quinta Marcha », une émission pour enfants. Tandis que sa sœur cadette Monica se fait connaître grâce à la série musicale « Un, Dos, Tres », Pénélope joue dans « La série rose » et irte également avec la musique, apparaissant dans le clip « La Fuerza Del Destino » du groupe Mecano. Un titre taillé sur mesure !

Jamona…
En 1992, elle se fait remarquer en interprétant Silvia dans le lm « Jamón Jamón » de Bigas Luna. Jamona, littéralement « bien en chair », se dit en Espagne d’une femme appétissante et sensuelle. Le ton est donné !

A l’affiche, elle est la partenaire de Javier Bardem…Histoire à suivre !

Elle enchaîne avec « Belle Epoque » de Fernando Trueba qui obtient l’Oscar du meilleur lm étranger et avec « Ouvre les yeux ». En 1997, elle rencontre Pedro Almodóvar, qui verra en elle l’une de ses muses et obtient un second rôle dans son lm « En chair et en os ».

Au casting de « Don Juan » de Jacques Weber, en 1998, c’est l’année suivante que sa carrière décolle grâce à « Tout sur ma mère » de Pedro. Le succès retentissant lui ouvre les portes d’Hollywood !

Bienvenido a Hollywood, italia y Francia
2001, le tournant de sa carrière et de sa vie ! Elle partage l’écran avec Johnny Depp dans « Blow ». Dans « Vanilla Sky », elle donne la réplique à Tom Cruise, alors marié à Nicole Kidman. L’idylle et le lm sont très remarqués par le monde entier. En 2004, la Scientologie mettra un clap nal à leur union.

Sa carrière se poursuit dans le remake de « Fanfan la Tulipe » aux côtés de Vincent Perez. Elle reprend le rôle d’Adeline, immortalisé en 1951 par Gina Lollobrigida. Ensuite, elle accepte des seconds rôles dans « Gothika » de Matthieu Kassowitz et « Nous étions libres » aux côtés de Charlize Theron.

L’actrice espagnole rejoint le cinéma italien dans « A corps perdus » puis dans les productions françaises de Besson pour « Bandidas » face à son amie Salma Hayek. En 2005, elle rencontre, le temps d’une romance, Matthew McConaughey dans « Sahara ». Rupture vite effacée par la consécration ! Décorée par la France, elle reçoit, le 11 janvier 2006, les insignes d’of cier de l’Ordre national des Arts et des Lettres, ensuite un prix commun d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour « Volver ».

L’oscar et l’amour
2008, année symbolique ! Elle joue dans « Vicky Cristina Barcelona » de Woody Allen et remporte l’Oscardela «Meilleureactricedansunsecondrôle».Maissonplusgrandtrophée,c’estl’amour! Elle retrouve Javier Bardem, son partenaire dans son premier lm et l’épouse en 2010. Ensemble, ils ont un garçon Leo, né en 2011 et une petite lle Luna, née en 2013.

L’année suivante, on la retrouve à nouveau dans un lm de Pedro Almodóvar « Etreintes brisées », puis en 2010 aux côtés de l’acteur oscarisé Adrien Brody dans « Manolette », dans « Nine » avec Daniel Day Lewis et Marion Cottilard et elle incarne la lle de Barbe Noire dans la « Fontaine de Jouvence », le quatrième volet de « Pirate des Caraïbes » qui marque ses retrouvailles à l’écran, avec Johnny Depp.

Depuis, les lms se succèdent dont « Venir au monde », « To Rome with Love » de Woody Allen, assurément fan de la belle hispanique, « Les amants passagers » où Pedro Almodóvar retrouve sa muse, « Cartel » de Ridley Scott, « This man, This Woman » où elle partage l’af che avec Diane Kruger ou encore dans un rôle taillé sur mesure « La reina de España », elle en a la grâce et l’élégance!

Trésor
« Une féminité moderne et af rmée » ! Dans un autre registre, la sublime actrice succède à Kate Winslet dans la campagne de publicité du parfum « Trésor » de Lancôme. Créé par les parfumeurs Christophe Raynaud et Amandine Clerc Matie, la « Nuit de trésor » se laisse respirer comme un philtre d’amour et se vaporise à vingt centimètres de la peau en privilégiant les points chauds de votre corps : à l’intérieur des poignets, sous le lobe de l’oreille, derrière les genoux. Un élixir aussi troublant que son égérie !

Dans les salles obscures
Neuf ans après « Vicky Cristina Barcelona », le couple légendaire, à la ville comme au cinéma, joue et s’aime dans un biopic de Pablo Escobar « Lovling Pablo ». Présenté à la Mostra de Venise, on attend impatiemment la date de sortie.

En salle à partir du 6 décembre 2017, le buzz de cette n d’année est marqué par un casting cinq étoiles du très attendu remake de Sidney Lumet « Le crime de l’Orient express » de Kenneth Branagh qui incarne également le célèbre Hercule Poirot. Penélope Cruz y croise à nouveau le chemin de Johnny Depp dans l’adaptation du livre d’Agatha Christie. A vos classique ! Est-ce la séduisante « Pilar Estravados » incarnée par Penélope Cruz la coupable ? What did you expect ?


Mira-Portrait

Mira

Rencontre avec un duo belge

Mira, miroir en japonais ! Un travail à quatre mains. L’art du peintre Yvan Brutsaert traduit par le photographe Laurent Van Ausloos. Un mélange insaisissable de deux arts excellant dans le trompe-l’œil visuel et mental.

| Propos recueillis par Ariane Dufourny |

 

Mira, la genèse…
Laurent : Nous avions une autre vie avant ! Yvan était juriste en propriété intellectuelle et moi j’étais publicitaire. On a arrêté de travailler pour commencer quelque chose qui nous faisait vraiment vibrer. De nos passions respectives, on a créé un projet commun.
Yvan : La peinture abstraite et Laurent la photo.

Un duo d’artistes, comment fonctionnez-vous…
Yvan : Je crée sur une structure (toile, bois…) une peinture abstraite, un peu cosmique sortie de paysages imaginaires. Principalement sur acrylique, je travaille les formes et les couleurs.
Laurent : On travaille par effet de miroir. Ce qui sort des mains, de l’imaginaire d’Yvan, je vais les retraduire par la photo. Les impressions papier sont présentées de manière différente, par exemple un contrecollage sur aluminium ou encadré mais également sur plexi ou aluminium pur.

Votre marque de fabrique
Laurent : On aime bien les carrés. Pour le reste, on essaye de ne pas la divulguer. Une prise de vue particulière, ensuite la transformation avec des outils technologiques…
Yvan : Laurent s’approprie la peinture par son univers photographique.
Laurent : La traduction intervient à travers la prise de vue et les outils techniques a n de transformer l’œuvre pour former un nouvel original.
Yvan : L’authenticité de la peinture se retrouve dans le travail mais différemment. On perçoit les craquelures, les couches de la peinture qui ont séché comme dans un trompe-l’œil.

Vos dimensions
Laurent : Un visuel ou une création existe dans une taille a n de la mettre en valeur. Nous limitons pour chacun à trois exemplaires, mais nous créons aussi des pièces uniques. Yvan : Nous proposons également du sur-mesure où on privilégie le client qui recherche une œuvre réalisée pour lui et pour laquelle il va pouvoir participer et donner sa petite touche.

Vos collaborations…
Yvan : Nous travaillons avec des marques pour réaliser des associations créatives.
La chocolaterie Zaabar, fondée en 2007 par Nadine Balcaen, nous a proposé d’utiliser le chocolat comme matière première pour remplacer la peinture.On a reçu des kilos de chocolat à faire fondre ! Quand j’ai eu ni mes peintures sur base de chocolat, Laurent les a retraduit par la photo.

Ensemble, on a créé des recettes de chocolat qui correspondaient à chaque visuel. L’intérêt est de voir un chocolat et de le goûter en même temps. Un de nos visuels verts a inspiré un chocolat au wasabi, un plus dans les rouges est très épicé, les autres sont un peu plus doux.
Laurent : L’œuvre peinte est retravaillée pour parvenir à des visuels qui nous ressemblent. La vitrine du magasin est recouverte d’un vynil que nous avons imaginé.

L’art en vitrine
Laurent : C’est la même démarche. Au cœur du piétonnier de Mons, on nous a demandé de redonner de la vie et de la couleur dans des vitrines inexploitées. C’est devenu comme une galerie à ciel ouvert, un parcours artistique basé sur nos visuels.

Dans le cadre de Cosy Village Exhibition, rue de Namur à Bruxelles, on a également décoré de trois œuvres une vitrine art déco.

Les salons
Laurent : L’an dernier, on a exposé au salon « Maison & Objet » à Paris dans le hall 7 hyper prestigieux. Fin novembre 2017, nous avons participé au deuxième salon international d’art contemporain « Art3f » à Brussels Expo.
Yvan : On vise aussi l’international. On sera à Zurich en n d’année.

Des galeries
Laurent : Du 23 novembre au 7 janvier 2018, nous participons à un événement dans le centre ville où nous exposerons deux pièces au sein de l’événement PIMP MY STREET. Nous avons plein de projets de galeries et d’autres sur le feu que nous ne pouvons pas encore vous révéler. A suivre…

 

MIRA

T : 0473/94 36 98
info@miravisuals.com
www.miravisuals.com