olivier-dwek

Olivier Dwek, de l’architecture… à l’art

Alors que sa première monographie internationale et bilingue Olivier Dwek à la lumière de la modernité – Olivier Dwek in the light of modernity, publiée aux éditions Rizzoli, New York, vient de sortir, l’architecte bruxellois évoque son intérêt pour les lieux culturels, sa passion pour le mobilier design du cœur du XXe siècle, pour l’art contemporain…


Marie-Brisart

Artisan, une profession de foi

Il y a sept ans, Marie Brisart prenait un véritable virage professionnel pour travailler la terre de ses mains. En tournant et tournant encore, elle devint artisan potière. Depuis, elle a réussi à imposer son style, en créant dans son atelier à Hennuyères, de jolies pièces, des assiettes, des bols, des coquetiers, principalement utilitaires. Marie n’a aucun regret. L’artisanat, c’est sa voie.


Laurence-sonck

Laurence Sonck, ses projets, autant de belles aventures humaines…

L’architecte d’intérieur Laurence Sonck prône la sobriété en évitant le piège de la maison muséale, notamment en trouvant des objets et des œuvres d’art qui réveilleront l’espace et feront la différence. Et surtout, elle n’a pas sa pareille pour écouter ses clients, nouer avec eux des rapports privilégiés, afin de les guider à trouver le style qui leur correspond le mieux. Sans jamais trahir le sien !


mireille-roobaert

L’architecture au prisme de la sensibilité de Mireille Roobaert

Photos-témoignages. Images de mémoire. Travail de transmission. Comment la photographe d’architecture belge Mireille Roobaert restitue-t-elle le travail d’Oscar Niemeyer, de Denis Meyers (bâtiment Solvay) ou encore celui de René Stapels et Pierre Dufau, les architectes de la Royale Belge ? « A l’instinct », nous lâche-t-elle. Immersion artistique en sa compagnie.

Sport, portrait, actu, voyages, scènes de la vie quotidienne, déco d’intérieur aussi, Mireille Roobaert, photographe de presse depuis 25 ans, a plus d’un cliché à son arc. C’est cependant une autre facette de sa riche personnalité que la Bruxelloise nous dévoile lors de cet entretien, l’histoire d’une démarche plus personnelle, d’une passion vibrante pour l’architecture qui va la conduire à restituer des fragments de réalité du monde qu’elle parcourt, l’œil rivé derrière l’objectif de son numérique.

Pour l’heure, Mireille Roobaert réalise en effet des images de mémoire sur la Royale Belge, monument emblématique des années 65-70, occupé jusque 2017 par AXA, certes déserté depuis mais inscrit à jamais dans le paysage urbain bruxellois. « J’ai appris que le Belge René Stapels et le Français Pierre Dufau, les architectes qui l’ont dessinée, se sont ouvertement inspirés d’un des derniers bâtiments dessinés par Eero Saarinen dans l’Illinois. Matérialiser la Royale s’inscrit complètement dans mon intérêt pour les grands architectes… »

Pour la petite histoire, la Royale Belge du 25 boulevard du Souverain, sera bientôt réaménagée en hôtel, restaurant, espace de coworking ; Lionel Jadot est notamment sur ce projet avec le groupe Limited Edition Hôtels, ainsi que trois bureaux d’architecture, Ma2 de Francis Metzger, Caruso St John et Bovenbouw-DDS. « J’ai le privilège de pouvoir arpenter le bâtiment, qui est déjà en chantier. Il faut voir ce grand hall d’accueil de marbre rose, le volume magistral de l’auditorium, l’oeuvre du sculpteur Pierre Sabatier, les structures en béton brut du restaurant ; en revanche, le mobilier d’origine n’est plus là… Reste que la Royale Belge est un bâtiment véritablement exceptionnel, sa tour cruciforme réalisée en acier Corten happe le regard par sa singularité ! »

Quand on l’interroge sur sa façon de travailler, Mireille Roobaert raconte ses nombreuses visites à la Royale, à observer la lumière darder des rayons qu’elle souhaiterait capturer, ou éviter, sans jamais toutefois tergiverser longuement… « Je suis une instinctive, les formes, les perspectives, je les repère d’emblée. Saisir vite, c’est mon rythme naturel. Ensuite seulement, s’ajoute une réflexion plus intellectuelle où j’interroge le travail des architectes … ». En mars dernier, Mireille Roobaert avait déjà collecté une bonne centaine de photos qu’elle verrait bien aux cimaises du futur hôtel dessiné par Jadot, au cœur de la Royale Belge réaffectée. Des photos pour matérialiser le travail de mémoire, un pan de l’histoire belge fixé à jamais. To be continued.

Denis Meyers, Oscar Niemeyer et les autres…

Photos-témoignages aussi à travers le projet « Remember Souvenir » avec l’artiste urbain belge Denis Meyers, une collaboration en forme de co-création qui reposait sur la destruction même du bâtiment Solvay où le graffeur venait de taguer durant dix-huit mois 25.000 m² de murs. « Je me suis immergée dans le bâtiment, pris des milliers de clichés, nourrissant des dialogues imagés avec Denis Meyers (qui ont notamment été exposés dans la galerie Arielle d’Hauterives à Bruxelles – nda)… Si j’en avais eu l’occasion, j’aurais d’ailleurs saisi Solvay avant même l’intervention de Denis. »

Sur les traces d’Oscar Niemeyer cette fois, auquel Mireille Roobaert rend hommage à travers « Les Courbes du temps », des photos qui s’exposent en ce moment chez Lucia Esteves Lifestyle, le concept store cocooning du quartier Brugmann à Bruxelles. « La sensualité qui se dégage de la courbe chez Oscar Niemeyer m’a profondément touchée. Je me suis rendue à Sao Paulo où j’ai initié une série de photographies sur son travail, à travers notamment le hall central du Pavillon des arts, espace culturel monumental situé dans le parc d’Ibirapuera. Ensuite, j’ai fait un travail de retouches très conséquent pour gommer tous les éléments récents, notamment les pictogrammes WC ou des câbles qui sont venus avec le temps gâcher la pureté de la courbe. Je souhaitais montrer à quoi ressemblait vraiment cet édifice en 1953 et restituer de ce fait un moment du passé. »

Et Mireille Roobaert de projeter de se rendre un jour à Brasilia évidemment (la capitale brésilienne sortie de terre en avril 1960 abrite un ensemble de bâtiments dessinés par Niemeyer), en France aussi qui abrite le siège du Parti communiste français ou encore la Maison de la Culture du Havre, bref, l’héritage Niemeyer. D’autres projets ? « Plein ! Notamment prendre le temps de capter l’âme des autres grands noms du 20e, Le Corbusier, Frank Gehry …  Etudiante, j’avais écrit ces quelques mots : ‘éphémère je t’ai piégé, tu m’as donné un bref instant ta réalité, et j’en ai fait un cliché’. » Vingt-cinq ans plus tard, ce regard guide toujours ses pas.


www.mireilleroobaert.art


MARIES_CORNER

Quoi de neuf chez Marie’s Corner ?

Se réinventer encore et toujours tout en conservant son ADN, mission accomplie pour Marie’s Corner. Le spécialiste belge du canapé́ « Tailor-Made » présente 11 nouveaux modèles qui mettent en exergue l’épure et le confort. Des futurs best-sellers ? Sans aucun doute ! Découverte en images.


Nathalie-jonniaux

Les Belges d’ailleurs, Nathalie Jonniaux-Liesenhoff : Majorque, mon amour !

Installée à Palma depuis 20 ans, elle est une figure belge de la plus grande île des Baléares. Maman de quatre enfants, Nathalie a consacré sa carrière à l’organisation d’événements, de tournages publicitaires et autres activités de com’. Mais c’est son dernier-né dont elle est la plus fière : l’agence artistique The Art Signatures, créée pour promouvoir les artistes locaux aux quatre coins du monde. Tableau en 3 actes.

Acte 1 : lunes de miel

Entre Majorque et Nathalie, ce n’est pas l’histoire d’un seul, mais de plusieurs coups de cœur. Le premier remonte à son enfance, lorsqu’elle rendait visite à ses parents qui s’y étaient installés. Le deuxième l’a conduite, devenue adulte, à s’y rendre régulièrement en vacances « pour le charme et la beauté de la grande île des Baléares ». Le troisième fut décisif. Une rencontre improbable avec Tim, un jeune médecin allemand dans une gargote isolée du nord de l’île… vite sublimée en demande en mariage. Coup de foudre. Elle a dit oui !

Les premières pages du conte de fées, le jeune couple les écrit à Berlin avant de s’installer à Munich où naîtront deux filles, Morgan et Marine. Majorque reste l’écrin de leurs vacances familiales. Mais l’appel du large devient irrésistible pour ces amoureux de la mer : les Liesenhoff choisissent de s’installer à Palma, la capitale. Deux autres enfants naissent au soleil, Logan et Océane. La référence marine n’est jamais loin.

 

Acte 2 : des racines et des voiles

Pendant que son mari cultive l’art de la chirurgie esthétique jusqu’à ouvrir sa clinique privée, Nathalie gère ses relations publiques et sa clientèle VIP. Elle accueille régulièrement des stars comme le réalisateur britannique Guy Hamilton (plusieurs James Bond au compteur) ou la chanteuse d’un mythique groupe pop des années 70 & 80, devenue son amie mais qui tient à garder l’anonymat. On ne la nommera donc pas.

La famille s’ancre à Palma, prend racine. Tombe sous le charme d’une finca (ferme) du  19e qu’elle transforme en mas provençal au milieu des champs, sur les hauteurs de la ville, vue imprenable sur les oliviers et l’océan lointain. Chiens, chats, chevaux, couvées… La tribu s’agrandit, la ménagerie grossit, la déco s’enrichit. En chineuse avertie, Nathalie orchestre une rénovation du nid si originale qu’il s’impose comme décor pour de fréquents tournages publicitaires (Nestlé, Nutella, Rexona, L’Oréal, Coca-Cola…).

A Palma, la Marigan – de Mari(ne) et (Mor)gan – prend des allures de place to be pour de nombreux expats et son nom s’affiche bientôt en lettres d’or sur le fronton de deux autres musts du paysage local : un voilier de course et un palais privé du 19e.

En 2003, le couple acquiert en effet un fier coursier tout de bois et cordages dessiné en 1898 par le Britannique Charles Livingstone et entièrement remis à neuf. Taillé pour l’America’s Cup, il collectionne les trophées au large des Baléares et de la Côte d’Azur. Tim à la barre, Nathalie – parfois – et l’un ou l’autre enfant du couple – souvent – à la voile. Avis aux amateurs, ce sloop vintage est aujourd’hui en vente.

Acte 3 : toute la beauté du monde

Le palais, lui, fut achevé en 1803 sur ce qui deviendra la Rambla, la principale artère du centre de Palma. Dessiné par l’architecte Guillermo Torres, amateur de grands peintres et fondateur de l’Académie des Beaux-Arts locale. Devenu un hôtel de maître privé un brin décrépit, c’est dans ses murs rendus à leur lustre d’antan que les Liesenhoff installent leur clinique en 2010. « La chirurgie plastique est un art, d’accord, mais un tel lieu ne pouvait se limiter à accueillir des patients, même fortunés », sourit Nathalie. « L’idée s’est dès le début imposée de l’ouvrir au monde extérieur pour y organiser des événements en tous genres. »

Réceptions, défilés, tournages, expositions, lancements commerciaux… Le tout Palma défile à la clinique Marigan de jour comme de nuit, les uns pour se refaire une beauté, d’autres pour profiter de celle de cet endroit hors du temps. La maîtresse des lieux en profite pour enrichir son carnet d’adresses et devient l’une des figures belges de Majorque – impossible de l’accompagner en ville sans croiser quelqu’un qui la salue joyeusement dans l’une des 5 langues qu’elle pratique couramment.

Vient un jour la trouver le sculpteur majorquin renommé Joan Costa, qui lui demande d’organiser en ces murs une expo de ses œuvres. Encore un coup de foudre – « artistique s’entend », précise-t-elle. La proximité est telle que l’artiste veut faire d’elle son agent. « Un agent à l’ancienne, pas un galeriste qui se soucie surtout de la cote de son poulain »,souligne Nathalie. « Quelqu’un qui est à ses côtés dans les bons et les mauvais moments pour le soutenir, le conseiller, l’orienter, soigner son image et lui permettre d’exercer son art en ayant toujours une oreille attentive pour l’aider en cas de besoin. Même au milieu de la nuit. » Une meilleure amie, une confidente. « Et un pont entre lui et l’acheteur qui ne le connaît pas encore. »

 

Épilogue : au sommet de son art

Le maître en a attiré d’autres, le bagout de Nathalie a fait le reste. Ainsi a démarré sa dernière aventure. Créée voici 3 ans, son agence The Art Signatures défend aujourd’hui les intérêts de 26 artistes peintres, sculpteurs, photographes ou vidéastes originaires des Baléares, d’Espagne ou d’ailleurs. Baseline : ‘Avant-gardiste, humaniste, innovante, internationale’. Le concept est novateur puisqu’elle ne se contente pas d’organiser des expositions sur l’île et le continent – dernière en date dans la galerie du fondateur d’Art Basel Center en Suisse, en plein covid –, mais aussi des minitrips pour collectionneurs d’art.

Outre un programme axé sur la découverte des merveilles et de la gastronomie majorquine, ces visiteurs avertis bénéficient d’un accès exclusif aux ateliers d’ordinaire fermés au public. Nathalie pilotait encore récemment le mannequin et égérie de Chanel Candida Bond, qui a acheté deux œuvres à ses poulains dans l’intimité de leurs ateliers. La suite du roman reste à écrire, avec ce qu’il faut de dramatisation. Frappé par la crise sanitaire et la mise en rouge de l’Espagne et des Baléares, le monde de l’art est tétanisé et Nathalie traverse une période difficile. Mais elle garde la foi. « J’aime les artistes pour leur côté vrai, pur, souvent brut de décoffrage. Ce sont des passeurs de messages, des rêveurs qui font rêver », conclut-elle. Les siens, de rêves, restent intacts.


Ses trois adresses secrètes

  1. L’hôtel Bendinat

« Pour son délicieux restaurant et la vue extraordinaire, j’y vais depuis 25 ans quand je veux déstresser. »
www.hotelbendinat.es

  1. Gran Folies Beach Club

« Pour le cadre, l’ambiance, le resto et surtout la classe de yoga donnée par la yogi master Paula Cavalieri, petit déjeuner sain en prime. »
https://beachclubgranfolies.com/es/inicio

  1. Es Trenc

« La plus belle plage de Majorque, des kilomètres de sable blanc, avec le plus sympa des chiringuitos (buvettes) de l’île. Pour un cocktail de rêve au coucher du soleil. »
@chiringuitodelmedioestrenc


AWAA

Charly Wittock défenseur d’une architecture ouverte, à l’interaction et aux dialogues forts.

Avec son équipe de l’agence AWAA, il invite ses clients à collaborer activement dans le développement de leur projet commun… surtout s’ils ne sont pas architectes. Entouré de consultants de divers domaines, AWAA regroupe des professionnels, aux expertises différentes, qui interviennent à l’international et dans tous les secteurs de la construction. AWAA ne propose pas un système stylistique, mais une architecture prenant forme grâce aux échanges d’idées. Une démarche singulière qui rend les projets riches en innovations.


niid-architecture

NiiD crée une histoire qui vous ressemble

Derrière le nom de NiiD, un couple professionnel d’architectes d’intérieur qui capte vos envies et vos besoins : Florence Vincent et Grégoire Beetz nous parlent d’architecture mais aussi de la ville qu’ils ont élue pour vivre et travailler, Namur, empreinte d’une belle qualité de vie.

Pourquoi NiiD ?

« Nous avons choisi un concept qui fait référence au cocon, dans sa consonance et son graphisme. Nous désirions aussi intégrer la notion de besoin (need en anglais) car toujours à l’écoute de nos maitres d’ouvrage. Nous œuvrons à l’harmonie des espaces et veillons à mettre en valeur l’âme et la beauté des lieux, notamment au travers de l’apport de lumière naturelle, des études d’éclairage, de l’acoustique, de l’équilibre entre les différents matériaux, des menuiseries intérieures, des couleurs. Ces éléments sont essentiels à la mise en scène de chaque espace. Nous accompagnons nos maîtres d’ouvrage, à chaque étape de leur projet de rénovation, d’extension ou de construction, que le projet soit partiel ou complet, tant dans le domaine privé, que dans le secteur commercial (Horeca , retail), médical, ainsi que dans le cadre d’aménagement de bureaux.

 

Quels parcours respectifs avant de vous associer ?

Florence : « J’ai étudié l’architecture d’intérieur et le design à l’école Saint-Luc de Bruxelles.

Puis j’ai eu envie de découvrir d’autres horizons et j’ai eu l’opportunité de partir à New York et de travailler dans un bureau d’architecture à Manhattan. De retour à Bruxelles, j’ai collaboré avec des agences renommées et me suis rapidement installée à mon compte.

Grégoire : « J’ai obtenu mon diplôme d’architecture intérieure & design au CAD à Bruxelles où j’ai également enseigné. Après mes études, j’ai passé une année de stage à Milan dans le bureau AMDL du designer et architecte, ‘’Michele De Lucchi’’. J’ai travaillé dans divers bureaux d’architecture, au Luxembourg et à Bruxelles, avant de m’installer à mon compte.

 

Comment est née votre agence ?

« Nous étions déjà amis. NiiD est né en 2012

d’une belle complicité, composée de tempéraments complémentaires. L‘émulsion de nos univers apporte à chaque projet une grande créativité. Kathleen, notre précieuse collaboratrice, intervient également dans l’élaboration de nos projets ».

 

Comment rester amis quand on travaille ensemble ?

« Le dialogue, c’est la clé pour régler les problèmes qui surgissent, inexorablement. L’écoute que nous offrons à nos clients, nous la pratiquons aussi l’un avec l’autre. Bienveillants, nous sommes embarqués dans le même bateau. Nous visons le même objectif et le sourire des maitres d’ouvrage à l’aboutissement de chaque projet ».

 

Pourquoi avoir choisi Namur ?

« Nous sommes tombés amoureux de Namur au travers de nos conjoints respectifs. Nous aimons cette ville qui est en pleine évolution. Notre jeune bourgmestre, Maxime Prévot, très dynamique et impliqué dans le développement notamment numérique de cette ville d’eau, a réveillé le Grognon, un quartier entre Sambre et Meuse, où se construisent des projets culturels, des restaurants, des salles de spectacles, des espaces détente … avec l’Enjambée, la passerelle cyclo-piétonne qui relie Namur à Jambes et atterrit au pied de la villa Balat. Le quartier des Casernes est également en plein chantier et prépare sa renaissance. »

 

Le Golf de Rougemont, une belle aventure ?

« En collaboration avec A2architectes, nous avons orchestré la rénovation totale du château et de son restaurant, en passant par la boutique, les vestiaires et les espaces pour les séminaires… Le chef étoilé Pierre Résimont y a installé l’un de ses restaurants, Le Green de l’Eau Vive, ouvert à tous, golfeurs ou non ! Quant au bâtiment, nous lui avons redonné son lustre d’antan. Nous avons mis en relief les éléments anciens et remarquables. Les touches contemporaines mettent en valeur la beauté originelle du manoir et composent des contrastes intéressants. Le resto offre une ambiance très feutrée car nous avons particulièrement travaillé l’acoustique. Et les vues à 180° sur la vallée de la Meuse.

 

Qu’avez-vous fait pendant le confinement ?

« Outre nous consacrer à nos 3 enfants respectifs, cette parenthèse nous a permis d’avancer à bureaux fermés sur nos projets. Le secteur de la construction étant à l’arrêt, nous gardions le contact avec nos clients par vidéo-conférences .

 

Comment s’est passée la reprise ?

« Notre métier a repris de plus belle. Nous avons ressenti très vite une grosse demande dans le secteur résidentiel. C’est compréhensible au regard de la situation qui a mis le focus sur nos lieux de vie, ses manques, ses possibles embellissements. La même réactivité a été ressentie dans tout le secteur.

 

Quelles nouvelles aventures dans vos dossiers ?

« Des projets insolites tel un gîte en pleine nature pour 30 personnes, la rénovation d’un manoir avec des cabanes en bois. Nous essayons de casser les codes du tourisme local, un secteur en pleine révolution. Nous travaillons également sur des projets à l’étranger, en Guadeloupe, des résidences secondaires en France (Côte Atlantique)…

Nous sommes impatients d’emménager dans nos nouveaux bureaux début décembre avec A2architectes. Nous avons entièrement rénové une superbe bâtisse de la fin du XVIIIème siècle, située en bord de Meuse, dans le quartier dit ‘’La Plante’’.


www.niid.be


fréreau-piscine

Frèreau, le nouveau projet des frangins Pani

Ugo Pani, gérant des Jardins de Try Bara, s’est adjoint la complicité de son frère Luciano pour créer une nouvelle société, la bien nommée Frèreau. Leur objectif ? La construction de piscines sur mesure, harmonieusement couplée à l’aménagement approprié de leurs abords. Le all-in, la formule gagnante !

Depuis 40 ans, l’entreprise familiale lasnoise de Dominique Alexis rejoint par son beau-fils Ugo Pani, a imaginé et aménagé une kyrielle de terrasses, de chemins d’accès, de bordures, de murs et murets, de portails, de cloisons, de cabanes ! Moult poolhouses et abords de piscine aussi, mais aucune création de piscine n’est venue enrichir l’offre des Jardins de Try Bara. Jusqu’au jour où, le déclic…

« C’est le retour en Belgique de mon frère Luciano qui a précipité les choses. Après son périple en Nouvelle-Zélande, il n’avait aucunement l’intention de travailler dans un bureau ! (Rires). Pour ma part, en tant qu’architecte de jardin, j’ai souvent été frustré par la réalisation des abords de piscine, car l’intégration de la piscine à l’ensemble de la propriété n’était pas toujours harmonieuse, quand elle n’était pas carrément désaxée ! Nous nous sommes plus d’une fois arraché les cheveux, Dominique et moi, en concevant les abords d’une piscine existante. Etant un grand perfectionniste, j’étais devenu un grand frustré… », ironise Ugo Pani. Luciano, son frère, nous rappelle le contexte qui a également alimenté l’envie de créer Frèreau : « Depuis cinq années consécutives, la Belgique connaît des étés exceptionnellement chauds, et on note une augmentation du nombre de piscines dans les jardins. La crise du Covid-19 a également eu un impact positif pour le secteur. Si demain, les gens sont amenés à voyager moins ou moins loin, ils voudront profiter davantage de leur jardin et de leur piscine … »

Question d’harmonisation !

Ugo et Luciano lancent Frèreau, tout en préservant les activités des Jardins de Try Bara, évidemment ! « L’aménagement des abords d’une piscine fera toujours partie de l’offre des Jardins de Try Bara. Frèreau, en revanche, sera plus enclin à proposer un all-in piscine-abords parce que c’est, à nos yeux, le seul moyen d’avoir une véritable cohérence ! », nous confie Ugo, visiblement sur la même longueur d’onde que son frère. « Si l’espace piscine est un lieu de vie à part entière, alors il nécessite une vraie réflexion sur son implantation et sa composition harmonieuse avec le pourtour… », enchaîne Luciano.

L’autre atout du all-in piscine et ses abords saute aux yeux : Frèreau s’impose comme un interlocuteur unique, toujours à l’écoute du client et hyper réactif à tout changement de situation. Pas besoin d’être fin psychologue pour mesurer les avantages d’avoir un seul interlocuteur pour le gros œuvre et les finitions même dans les moindres détails ! Au fait, les frangins, la pente du terrain, est-ce un handicap, ou rien ne vous résiste ? « L’implantation d’une piscine est fonction du meilleur ensoleillement possible et de l’intimité par rapport au voisinage mais on analyse également la nature du sol et le dénivelé du terrain. La pente du terrain n’est pas un handicap, cela peut même aider à inscrire la piscine dans le paysage ! Frèreau a été appelé récemment pour aménager une piscine dans un vaste talus – un défi de génie civil que nous allons relever avec enthousiasme ! »

Si la satisfaction du client reste la marque de fabrique des Jardins de Try Bara, elle sera, de façon certaine, le moteur de Frèreau.


Rue du Try Bara 21 à Ohain
piscines@frereau.be


Clotilde-Ancarani

Clotilde Ancarani épate la galerie

Tantôt sculptrice, tantôt peintre, Clotilde Ancarani est avant tout une artiste bruxelloise dont le talent ne cesse de se décliner, en ce compris sur de magnifiques pièces de mobilier. Si vous ne la connaissez pas encore, l’occasion vous est offerte de la découvrir lors de l’exposition qui lui est consacrée chez Arthus Gallery, Place du Châtelain, dès ce 1er octobre. En attendant, elle nous ouvre les portes de son splendide atelier, à un jet de pierre de l’ULB.