Dazibao

On ne peut que dire OUI !

Camille Coppens, la créatrice de la marque belge Dazibao lance une collection de bagues de fiançailles en diamants et en or 18 carats. Irrésistibles à l’image de sa designer !


be-perfect-magazine

The perfect gift !

Il plane comme un parfum de fêtes… Des senteurs envoûtantes, des soins performants, des flacons qui éveillent le désir, des couleurs qui inspirent la joie.

be-perfect-magazine

Serpent Bohème de Boucheron incarne une liberté de mouvement et de pensée. Sa composition facettée est à la fois florale, musquée et chyprée. On aime : son élégance intemporelle dessinée par un savant équilibre entre tradition et modernité. Où le shopper : parfumeries indépendantes, Ici Paris XL, Planet Parfum. 90ml : 94€

 

be-perfect-magazine

Legend de Mont Blanc a conquis les hommes grâce à son interprétation fraîche du fameux Accord Fougère. On aime : cet hiver, son identité olfactive composée de bergamote, d’un jasmin limpide et l’accord mousse, s’enrichit de feuilles de violette fraîches, d’une note magnétique de magnolia et d’un sillage captivant de bois vibrant et de cuir. Où le shopper : parfumeries indépendantes, Galerie INNO, Ici Paris XL, Planet Parfum. 100ml : 80€

be-perfect-magazine

Acqua Di Parma est le cadeau par excellence. On aime : le motif qui illumine l’ensemble de la collection Holiday Season 2020 inspiré par Oamul, artiste chinois émergent. Où le shopper : Styl à Lasne, Degand à Bruxelles, La Fabrique de Namur.

be-perfect-magazine

Good Girl de Carolina Herrera capture, à merveille, la complexité des femmes avec des ingrédients exceptionnels à l’instar de la tubéreuse, du jasmin, des fèves de tonka et de cacao. On aime : sa fragrance orientale florale, envoûtante et addictive. Où le shopper : Ici Paris XL. Coffret cadeau contenant un parfum 50ml et la lotion parfumée pour le corps. 82,90€

be-perfect-magazine

1 Million de Paco Rabanne possède une signature ambre-cuir blond inimitable. On aime : ce cuir épicé devenu mythique. Où le shopper : Ici Paris XL. Coffret cadeau contenant une Eau de Toilette 100 ml et son déo-spray. 85,90€

be-perfect-magazine

Séduction collection de Jimmy Choo, une collection capsule qui allie parfum et maquillage. 6 parfums dont chaque fragrance sublime un ingrédient iconique de la parfumerie. On aime : Vanilllia Love. 8 couleurs de vernis à ongles allant du rouge lumineux au rose tendre et 2 formules pailletées. On aime : Burgundy Night. 10 teintes pour les lèvres selon l’occasion. On aime : Burgundy Charm. Où les shopper : exclusivement chez ICI PARIS XL avenue Louise à Bruxelles ou sur la boutique en ligne www.iciparisxl.be. Eau de parfum 125ml: 170,90€, vernis : 35,90€, lipstick : 49,50€.

be-perfect-magazine

Rouge de Comme des garçons est un parfum oriental épicé pour homme et femme où l’encens se mêle aux racines végétales. On aime : son harmonie olfactive inattendue qui éveille les sens. Où le shopper : parfumeries indépendantes, Galerie INNO. 100ml : 143,60€

be-perfect-magazine

Love de Chopard est une véritable ode à la rose, la reine des fleurs. On aime ses senteurs à la fois douces, flamboyantes et sensuelles. Où le shopper : https://www.chopard.fr/holiday-season-gifts-selection/holiday-season-gifts-for-her. 100ml : 119€

be-perfect-magazine

Ultimune de Shiseido agit comme un bouclier multi-défensif contre les dommages quotidiens et les signes visibles de l’âge. On aime : l’édition limitée de Noël orné du Karakusa, un motif traditionnel japonais qui évoque la richesse et la beauté éternelle. A shopper : chez ICI PARIS XL. 75 ml : 147€.

be-perfect-magazine

So Scandal de Jean Paul Gaultier, son explosion de fleurs d’oranger, de jasmin et de tubéreuse, renverse les sens avec une sensuelle élégance. On aime : ses notes lactées qui enveloppent avec ivresse. Où le shopper : Ici Paris XL. Coffret cadeau contenant une eau de parfum 50ml et la lotion parfumée pour le corps. 77,90€

be-perfect-magazine

Le Beau de Jean Paul Gaultier est construit autour d’une addiction tonka et bois de coco associée aux facettes fraîches de la bergamote. On aime : sa masculinité ultra sexy. Où le shopper : Ici Paris XL. Coffret cadeau contenant un flacon 125ml et un vaporisateur de voyage. 89,90€

be-perfect-magazine

Collistar « Perfecta » avec la collaboration de The Bridge. La crème perfection visage et cou remodèle, restructure et repulpe grâce au Face-Rebuilding Complex® qui agit de manière ciblée sur leur relâchement. On aime : un soin quotidien idéal pour conserver la tonicité de la peau. Où le shopper : https://www.collistar.com/be/coffret-creme-perfection-visage-et-cou-4874.html. Trousse de beauté contenant la crème visage et cou Perfection 50 ml et crème Perfection contour des yeux 5ml. 77,99€

Collistar “Acqua Attiva” avec la collaboration de The Bridge. Le premier parfum pour homme signé Collistar qui vole des senteurs et des notes olfactives à la mer et à la végétation méditerranéennes. On aime : son énergie pure et sa sensualité naturelle. Où le shopper : https://www.collistar.com/be/coffret-acqua-attiva-4884.html. Cet Holiday set contient une eau de toilette 50ml et un gel corps et cheveux. 39,99€.


ame-antwerp

Âmes sœurs, le luxe décontracté à la belge

Avec ses silhouettes minimalistes et féminines, Âme Antwerp fait fondre le cœur des modeuses en quête de pièces intemporelles. Rencontre avec les deux Belges à la tête de cette jeune marque de prêt-à-porter qui s’exporte déjà au Japon.

Certaines amitiés semblent prédestinées. Des âmes dont la connexion est si forte qu’elles sont vouées à se rencontrer, peu importe les obstacles. Il suffit de papoter quelques instants avec Alizée Van Strydonck et Ysaline Grangé, les fondatrices d’Âme Antwerp pour déceler le lien profond et sincère qui les unit. C’est dans les bureaux anversois d’Essentiel que les deux passionnées de mode se sont rencontrées. « Nous travaillions dans deux pôles différents. Moi en marketing et Alizée en stylisme. Nous nous croisions parfois dans les couloirs. Nous avions déjà remarqué que nous portions le même genre de vêtements. Un soir, nous avons fait plus ample connaissance lors d’un événement organisé par l’entreprise », confie Ysaline. Et c’est ainsi que les deux jeunes femmes constatent qu’elles partagent bien plus que leur garde-robe. Discutant de tout et de rien autour d’un bon verre de vin, elles décident finalement de lancer leur propre marque.

Diplômée de Solvay et ancienne consultante marketing & finance pour des grandes sociétés comme Essentiel ou Unilever, Ysaline s’occupe de « tout ce qui est chiffre » tandis qu’Alizée, qui a travaillé pendant 9 ans en tant que styliste junior chez Essentiel, gère l’aspect technique. Le duo ne pourrait pas être plus complémentaire. Lancé en 2018, le label Âme Antwerp propose des silhouettes épurées aux couleurs intemporelles. Des vêtements aux coupes minimalistes agrémentés de détails féminins comme un léger décolleté, une fente ou une ceinture.  « Nous voulions créer une collection qui nous ressemble, des vêtements indémodables que vous êtes sûre de pouvoir remettre l’année suivante », explique Alizée.

La signature de la jeune marque ? Âme Antwerp oscille en permanence entre l’habillé et le décontracté. Une robe portefeuille épurée, un sweat-shirt oversize porté avec une longue jupe fendue ou encore un pantalon large associé à un pull décolleté dans le dos : le duo aime composer des looks confortables et minimalistes tout en soulignant subtilement notre féminité. Des vêtements chic et contemporains qui s’exportent, sans surprise, dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore le Japon.

Même si Alizée et Ysaline possèdent chacune leur domaine de compétence, elles prennent toutes les décisions créatives à deux. « Tissu, couleur, modèle : nous élaborons notre collection ensemble. Même si, Alizée a un peu le dernier mot vu qu’elle gère l’aspect technique. Si elle veut recouper légèrement une manche, elle peut le faire discrètement. Je la soupçonne d’ailleurs de l’avoir déjà fait », taquine Ysaline avant d’éclater de rire. Quand on voit la complicité et l’amitié qui unissent les deux collègues, il ne fait aucun doute qu’elles ont choisi le nom idéal pour leur label. « Il y a clairement l’idée d’âme sœur, de match amical et professionnel parfait, mais nous avons aussi choisi ce nom car nous mettons toujours toute notre âme dans notre travail », conclut le talentueux binôme.


www.ame-antwerp.com


Leblans-Isabelle

Isabelle Leblans, ses conseils valent de l’or

Dans son écrin à La Hulpe, elle invite à découvrir des collections italiennes contemporaines au design innovant. Dans son atelier de joaillerie, elle imagine et gère la fabrication artisanale de bijoux sur mesure. Le trait d’union entre les deux facettes du métier d’Isabelle Leblans ? Des conseils en or qu’elle distille depuis près de 30 ans, alimentés par une franche connaissance des diamants et pierres précieuses, et une véritable passion du beau bijou.

Devenir gemmologue, c’était une évidence ? « Ce n’est pas ma formation de départ. Je suis diplômée en histoire de l’art et archéologie, mais déjà à l’époque les débouchés étaient peu nombreux. Alors je suis passée des vieilles pierres aux pierres précieuses (rire). Plus sérieusement, quand j’ai envisagé d’ouvrir une joaillerie, je ne pouvais pas m’imaginer conseiller des pierres précieuses sans les connaître. Devenir gemmologue s’est alors imposé en effet comme une évidence et m’a permis d’asseoir ma réputation et mon style. »

Quelle est votre définition de l’élégance ? « Le bijou est le reflet d’une personnalité, il doit rester en parfaite harmonie avec soi-même. L’élégance peut d’ailleurs être chic ou décontractée. »

C’est cette recherche de l’élégance qui vous a amenée à développer des partenariats avec des griffes italiennes ?« Oui, car les bijoux que je crée en atelier sont des pièces relativement classiques ; je m’adjoins donc des créateurs qui ont la même rigueur de travail que la mienne, mais avec une approche et un style différents, ce qui renforce mon offre. Ainsi la collection Nanis de Laura Bicego qui propose des bijoux contemporains polyvalents où un même collier se porte de plusieurs façons. Ou encore les bijoux de mon partenaire Annamaria Cammilli au design particulièrement innovant. En entrée de gamme, la marque Pesavento propose notamment une collection or et poudre de diamant d’une beauté à couper le souffle ! Ce n’est pas de la haute joaillerie mais la collection est qualitative. »

Un client sur deux qui franchit la porte de votre joaillerie à La Hulpe, vient pour le sur-mesure … « Oui ! Nombreux sont les clients qui souhaitent transformer un bijou ancien ou créer une bague sur mesure pour célébrer une occasion spéciale. Dire je t’aime en offrant une bague de fiançailles que l’on n’a pas choisie en vitrine mais que l’on a personnalisée à l’image de sa partenaire, c’est inestimable ! »

Pour le portefeuille aussi ? « Détrompez-vous. Travailler directement avec l’atelier me permet de réduire le nombre des intervenants, ce qui impacte positivement le prix du sur-mesure. »

« Le client ne sait généralement pas ce qu’il veut », est-ce toujours d’actualité ?  « Plus vraiment. Grâce aux réseaux sociaux et principalement à Pinterest, les hommes, principalement les jeunes, ont souvent une idée bien précise du bijou qu’ils souhaitent offrir ! »

Mais vos conseils valent toujours de l’or ! « Je l’espère ! C’est mon travail d’analyser les souhaits du client, de le guider dans ses choix, de lui proposer un croquis qui a été réalisé en atelier… Mon métier est très riche humainement. »

Etes-vous sensible aux tendances ? « Oui, c’est inévitable. On travaille davantage les pierres de couleur aujourd’hui qu’hier. A l’or brillant, on préfère désormais comme chez Nanis, l’or satiné ou l’or rose. Le design de la monture et la longueur des colliers ont également beaucoup évolué. Mais la belle pierre reste éternelle … »

Qu’est-ce qui vous apporte le plus de joie professionnellement ? « La créativité : je gère tout, toute seule, du projet de création d’un bijou à sa mise en valeur dans mon catalogue, en passant par les soirées-événements. Ensuite, les rencontres avec le client et les moments de bonheur partagé. Quand une bague de fiançailles sort de l’atelier, je la dépose dans un écrin avant de l’offrir au client. Quand il découvre la bague qu’il a personnalisée, j’assiste à un moment unique en émotions ! »


Rue des Combattants 60 à La Hulpe
www.leblans.be

 

 


degand

Dans le vestiaire de John Degand

Le bon goût est-il inné ? On à la réponse en voyant John Degand, professeur de tennis, prendre la pose au Sofitel Le Louise. Un fils forcément distingué puisqu’il est habillé par la Maison Degand, inscrite au patrimoine mondial de l’élégance et du raffinement.


Masculinities, quand l’homme change d’habit comme de chemise

Du costume sombre au sweatshirt multicolore, la garde-robe de ces messieurs en a fait du chemin. Entre silhouettes archétypées et pièces audacieuses, Masculinities revient sur l’évolution du style masculin de ces deux cents dernières années.

Quand on parle de l’évolution de la mode, on pense souvent à des robes ornées de perles type Charleston, des bibis colorés, des chemises à volants style victorien… Bref une cascade de tulle, de franges et de dentelle de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Mais résumer la mode au dressing féminin, c’est exclure 50% de la population. C’est la raison pour laquelle le Musée Mode & Dentelle a décidé de mettre sous le feu des projecteurs les looks masculins les plus marquants de ces dernières décennies. L’exposition temporaire, baptisée Masculinities, sonne presque comme une révolution puisqu’il s’agit de la première expo belge consacrée à la garde-robe masculine. À travers des pièces devenues cultes comme le costume, le perfecto en cuir ou encore les sneakers, Masculinities retrace l’évolution de la notion de masculinité au fil du temps et déconstruit l’image archétypale de l’homme dans la mode.

L’expo se divise en trois parties. La première établit les fondements de la mode masculine post Révolution française. Elle présente les piliers du dressing de « l’homme convenable » (traduisez chic et classique) qui exprime sa réussite à travers l’emblématique costume foncé agrémenté d’accessoires dits respectables comme la cravate, la canne ou les boutons de manchette. Exit broderies, soies et couleurs chatoyantes dignes du faste de Versailles, l’homme tourne le dos à la mode dès la fin du 18e siècle, un schisme vestimentaire appelé « la Grande Renonciation ». Cette première partie revient aussi sur des « mini-révolutions » qui ont titillé les hommes. Des pièces inspirées du dressing des militaires, pirates, motards ou marins, comme le bomber, le blouson en cuir et la marinière qui ont tant inspiré les designers. Un beau résumé du combat « homme convenable » vs « intrépides » qui a divisé le monde de la mode .

À chaque étage, l’audace monte d’un cran. Ainsi, la deuxième partie est consacrée aux « éléments perturbateurs », des designers audacieux qui ont tenté de briser les tabous en introduisant des pièces associées à la mode féminine à leurs collections. Si la femme a conquis le dressing de l’homme en s’appropriant son costume, son pantalon et certains de ces accessoires, force est de constater que l’homme demeure timoré à l’idée de copier le style féminin. Jupe, transparence, couleurs vives ou dentelle, l’expo démontre comment Jean-Paul Gaultier, Hedi Slimane, Raf Simons et les talentueux étudiants de La Cambre ont réformé, avec brio, le dressing de l’homme et déconstruit l’image patriarcale du mâle bodybuildé au profit d’un masculin plus fragile inspiré de l’adolescent torturé.

On arrive enfin au deuxième et dernier étage qui défend l’ultime stade de la mode : le vestiaire « au-delà du genre » soit l’avènement des collections unisexes. Une mutation qui a démarré dans les années 60 avec des précurseurs comme Pierre Cardin qui trouve aujourd’hui écho dans les collections contemporaines de Mosaert ou l’inspiration streetswear de Virgil Abloh.

Avec Masculinities, le Musée Mode & Dentelle nous dresse un superbe résumé des styles masculins à travers cent pièces de designers internationaux et de talents locaux tout en nous questionnant sur l’évolution (discrète mais toujours plus rapide) de la mode. Et si, à l’avenir, nous unissions nos dressings pour le meilleur et le pire ?


Masculinities au Musée Mode & Dentelle, rue de la violette 12, 1000 Bruxelles. Du 28 août 2020 au 13 juin 2021, du mardi au dimanche de 10h à 17h.

 


edouard-vermeulen

« Toute évolution doit rester en phase avec l’ADN de la Maison … »

On le dit mondain. Il nous confie être timide. On le dit indétrônable. Il nous avoue travailler à la transmission de son savoir-faire. On le dit passionné par son métier. 37 années de direction artistique à la tête de la Maison Natan le confirment. Il reconnaît que le confort s’est immiscé dans le luxe, mais on ne le verra jamais porter des baskets. Rencontre avec Edouard Vermeulen, le couturier favori de la reine Mathilde de Belgique et des femmes en quête d’un style décontracté chic.

Quel est votre souvenir d’enfance le plus prégnant ?
« Les vacances à la côte belge ! »

Etes-vous un nostalgique ?
« Non, comme je dois toujours anticiper la création d’une collection, j’ai l’impression d’avoir effacé le disque dur du passé ! »

Notre shooting s’est déroulé à l’hôtel particulier Solvay, joyau Art nouveau signé Victor Horta. Que vous inspire ce lieu ?
« La qualité de l’ouvrage est incroyable. La Belgique peut s’enorgueillir de ses richesses en architecture. J’ai beaucoup voyagé, mais je ne pourrais jamais quitter ce pays, ni reconstruire ailleurs ce que j’ai construit ici … »

Avez-vous fait des erreurs dans le passé ?
« Oui, je n’ai pas toujours été très appliqué, par nonchalance principalement. Je suis allé à Londres pour apprendre l’anglais et je ne parlais que le français… Si j’avais su ! »

Quelle est votre définition de l’élégance ?
« C’est avant tout une attitude, un joli port de tête, un bon maintien. Bref, c’est bien plus une question d’éducation qu’une histoire de tenue vestimentaire seyante … »

A quel moment de votre vie, devenir couturier vous a-t-il paru une évidence ?
« En 1984, j’ai conçu une collection capsule pour une soirée caritative. Organiser l’événement, réaliser le défilé, être applaudi … Mon instinct commercial n’a fait qu’un tour ! La Reine Paola de Belgique, présidente de l’association à l’origine de cette initiative, était présente. La presse aussi évidemment. Une première reconnaissance qui m’a aidé, à 25 ans, à me lancer … »

En 2002, vous êtes nommé «Fournisseur Breveté de la Cour de Belgique », une belle reconnaissance !
« Evidemment. Je tiens cependant à préciser que ma Maison ne dessine pas uniquement des tenues pour la reine Mathilde ou la reine Maxima des Pays-Bas… Ne riez pas, certaines en doutent encore ! »

Baron Edouard Vermeulen, êtes-vous un mondain ?
« Non, je suis bien trop timide et réservé. Je fréquente évidemment des gens mondains, mais j’ai peu d’amis… »

Etes-vous très (trop) classique ?
« Je ne pense pas. Mais toute évolution doit rester en phase avec l’ADN de la maison ! J’y veille. »

 En quoi votre diplôme en architecture d’intérieur vous a t-il aidé à devenir un grand couturier ?
« Je pense qu’il y a une même sensibilité. Un jour Givenchy m’interroge sur ma formation. Je lui réponds : architecte d’intérieur. « Comme moi », rétorque-t-il ! La démarche de l’architecte et du couturier est un peu la même, car elle nécessite sensibilité, précision, passion créatrice… »

Sont-ce les accessoires qui définissent un style ? Je sens que vous allez vous insurger contre l’idée !
« (Rire) Les leaders mondiaux du luxe, comme LVMH, Kering, Chanel, ont eu du flair : ils ont décliné le luxe en accessoires. Les accessoires et les cosmétiques représentent en effet de 50 à 70 % de leurs activités. C’est parfait pour consolider l’image de la marque ! Pourquoi ? Parce que les accessoires sont plus rentables que la haute couture et qu’ils visent une cible nettement plus grande. Pour beaucoup, la reconnaissance sociale passe désormais par l’acte d’achat d’accessoire de luxe ! Un sac monogrammé ici, une paire de baskets griffées là. Au nom de la démocratisation du luxe, on a peu à peu « déshabillé » l’élégance du vêtement. A mon grand regret. »

Qui est la cliente Natan ?
« Ces dernières années, on a rajeuni le style des collections. Nous nous adressons aux femmes actives de 40 à 70 ans, qui cherchent des vêtements chic et décontractés à la fois. On parle d’ailleurs beaucoup plus de confort dans la mode aujourd’hui qu’il y a quelques années … »

Est-elle une cliente fidèle ?
« Oui, car chaque Maison à son vocabulaire, son identité propre. Notre cliente sait qu’elle trouvera chez Natan des tenues liées à un usage bien défini : robe de cérémonie ou de soirée, et du casual chic, c’est à dire du décontracté chic, pour la vie de tous les jours. »

Comment a-t-elle repéré son achat ?
« Le plus souvent sur notre site, sur Instagram ou sur Pinterest ! »

Etes-vous sur les réseaux sociaux ?
« Je vais tous les jours sur Pinterest et Instagram. Mais peu de temps, je vous rassure ! Et vous n’apprendrez jamais rien de personnel : le bonheur virtuel, je n’y crois pas ! »

Que vous inspire ce monde virtuel ?
« Les réseaux sociaux peuvent jouer un vrai rôle d’activation d’une marque d’un jeune créateur. Les jeunes stylistes peuvent communiquer directement avec leur public et vendre sans aucun intermédiaire. Encore faut-il arriver à survivre dans cet environnement mondial ultra concurrentiel créé par Internet ! »

Et la vente online ?
« Nous nous sommes lancés en janvier 2020, dans la vente online. Mais, je reste critique… L’un des atouts  du commerce en ligne, c’est la politique du retour et du remboursement. Donc l’e-commerce repose sur la méfiance, l’indécision et l’insatisfaction du client ! Cela m’insupporte. Il  faut préserver un contrat moral entre le client et le vendeur. Et je ne parle même pas de la livraison et du retour des colis qui plombent le bilan écologique. Il faut se réveiller ! »

Ce qui vous plait le plus dans ce métier ?
« La gestion de la Maison : les collections, les vitrines, la déco, une équipe de 46 personnes ! »

Etes-vous un homme sous pression ?
« Non ! Oh, je devrais dire oui (rire). Quand on fait son métier avec amour et qu’on peut se targuer d’une gestion saine, on acquiert plus d’assurance. Et puis ma carrière est derrière moi… »

La notion de transmission vous tient donc particulièrement à cœur ?
« J’aimerais en effet continuer à transmettre le savoir-faire d’une belle maison de couture belge à la génération suivante. J’ai récemment accepté de parrainer la toute nouvelle section « Fashion & Textile Design » du CAD (College of Art & Design de Bruxelles – nda). Oui, je crois en la relève, sans renier le fait que j’ai insufflé une vraie âme à cette maison. Je le dis en toute modestie mais on me le rappelle si souvent !»


www.natan.be

 


jaggs

Ce qui fait courir les hommes ?

JAGGS ! La jeune marque belge de costumes et chemises sur mesure, mais aussi de jeans et chinos et, bientôt, de maille également sur mesure, a le vent en poupe ! La maison-mère située à Waterloo a choisi Namur pour sa deuxième boutique, avant de séduire d’autres villes francophones dans un futur radieux… Le secret de cette fulgurante réussite ? On en parle avec Alexandre Hames, le boss.

Le costume cravate a fait son apparition en Angleterre vers 1820… Et évolué au gré des modes italiennes, des vagues d’anglomanie à la dandy et mods, des courants plus minimalistes, du look cintré ou de la slim attitude qui affine l’allure… Pourtant, Alexandre Hames, trentenaire élégant, trouvait rarement son bonheur dans les boutiques pour hommes… Aucune marque ne véhiculait une identité qui pouvait lui correspondre, aucune enseigne n’avait le niveau de qualité qu’il était en droit d’attendre. Quant au sur-mesure des grandes enseignes de luxe, il avait une allure vieillotte et aurait pu grever malicieusement son budget. Jusqu’au jour où…

C’est en effet pour répondre à un besoin tout simple, celui de s’habiller, que le jeune entrepreneur décide, il y a six ans, de lancer sa propre marque de costumes et chemises sur mesure. Et le succès est très rapidement au rendez-vous. Dès le troisième mois d’ouverture, le livre des commandes affiche complet. A ses débuts, Alexandre Hames travaille avec un apprenti ; aujourd’hui, il gère une équipe de dix personnes !

« Je prône une élégance décontractée »

Alexandre Hames aime le beau, pas le chichiteux, nuance. Il nous reçoit dans son magasin de Waterloo en tenue décontractée. « Mes vendeurs portent le costume une fois par semaine. Le client qui franchit le seuil de JAGGS ne doit pas se sentir intimidé par le sur-mesure. Au quotidien, notre boulot s’apparente à un vrai travail d’éducation.», précise-t-il. C’est qu’il faut apprendre au client à décomplexer le costume et convaincre une clien- tèle jeune (les 2/3 des clients de JAGGS ont entre 25 et 40 ans) que le sur-mesure qualitatif peut être abordable…

Le costume n’est pas mort ! Non, mais… « Tous les hommes ont besoin d’un costume et quitte à en avoir un, un seul, autant qu’il soit de belle facture ! » Car au-delà des nombreuses professions qui imposent un dress code, le costume reste un marqueur identitaire fort pour exprimer qui on est, un peu comme une deuxième peau… Et quand l’homme ne porte pas le costume, il opte pour le seul blazer, un must have à endosser avec nonchalance sur une chemise-blanche-jeans-basket, pour un look professionnel résolument plus actuel.

 

C’est du belge !

Si JAGGS a choisi des ateliers de confections proches de notre frontière, la prise de mesures, les retouches et les conseils avisés dispensés par le patron et son équipe, sont en revanche 100% belges. « Le Belge est assez conventionnel – on n’est pas à Milan ni à Londres -, mais on lui propose de pimper son classicisme ! » Comment ? « En l’orientant notamment vers des doublures aux imprimés fleuris et colorés », précise Alexandre Hames. JAGGS travaille en effet avec la marque Liberty of London, qui a su s’entourer de designers de renoms pour créer sa large gamme d’imprimés…

Personnaliser son costume, c’est choisir un tissu parmi une offre de 5000 étoffes, une doublure, une couleur de feutrine sous le col, le nombre de poches avec ou sans revers, des boutons, etc. On l’aura compris : JAGGS ne fait pas dans la demi-mesure ! La jeune marque belge offre du vrai sur-mesure à partir d’un vrai patronage, qu’on se le dise ! Costume à accessoiriser éventuellement avec des noeuds papillon… JAGGS en propose près de 1000 en vitrine, déclinables à l’infini par les couturières-maison, le temps d’un café, ou d’un whisky, offert par un patron qui a fait de la convivialité envers le client, une exigence.

Tout nouveau

La volonté de prôner une élégance moderne s’exprime également à travers le jeans et le chino et, dans un avenir proche, la maille. JAGGS propose en effet de choisir sa propre étoffe (dont du denim japonais) pour la confection sur mesure d’un jeans, avec toujours la possibilité de nombreuses personnalisations, jusqu’au moindre rivet du pantalon ! Et, cet hiver, JAGGS se lancera dans le pull sur mesure, tissé en fonction de la taille précise de chaque client.

Au fait, si vous n’aimez pas choisir car vous n’arrivez jamais à vous décider (un rdv avec un homme hésitant pouvant durer 3 heures !), soyez rassuré, les conseils d’Alexandre et de ses équipes guideront vos pas et vous ramèneront à l’essentiel : vous ! Car la coupe parfaite, ce n’est pas celle de tel ou tel instagrameur, c’est celle qui convient le mieux à votre personnalité.


www.jaggs.be


elvis-pompilio

Pompilio fait pétiller l’été 2020

N’importe quel chapeau pensé et créé par Elvis Pompilio accessoirise avec style et panache le look le plus classique. Rien n’entache la créativité de l’attachant modiste bruxellois. Rien ne freine son optimisme. Rencontre chaleureuse dans son atelier bruxellois.

Elvis Pompilio nous reçoit dans son atelier bruxellois, situé Avenue Louise. Pendant le confinement, il a décéléré, comme tout le monde, par la force des choses. Enfin, presque décéléré …  Car Magic Elvis en a profité pour dessiner de jolies capelines en paille (voir page suivante) qui viennent compléter sa collection d’été. C’est que son atelier se trouve, par chance, dans le même immeuble que son appartement … Un lieu ouvert à tous où Elvis Pompilio reçoit ses clients pour des essais ou des achats. « Avec le confinement, c’était soudain si calme, si étrangement calme …, nous confie-t-il, visible heureux de revoir, enfin, du monde !

 

Elvis, soyez franc, avez-vous une tête à chapeau ? Rire. « Oui. Et je vous rassure : tout le monde trouve chapeau à sa tête. C’est souvent une question de volume du chapeau et d’harmonie ou de contraste avec la forme du visage… »

 

Dans son atelier de l’avenue Louise. « J’aime discuter avec le client. Cela me permet de déceler rapidement quelques pans de sa personnalité. Est-il timide ou extravagant ? Est-elle classique ou avant-gardiste ? Mon œil de visagiste fait le reste… Le client essaye évidemment plusieurs couvre-chefs et, la plupart du temps, il repart avec le premier chapeau que je lui ai conseillé ! »

 

La pression. « L’urgence, j’en ai besoin pour créer. Même quand je confectionne un chapeau pour un seul client, je ressens la même pression – positive, je vous rassure -, que lorsque j’accessoirise les collections de grands couturiers comme Thierry Mugler ou Hermès ! En revanche, je déteste la contrainte, j’ai besoin de liberté pour avancer… »

 

Le chapeau idéal. « Il nécessite la création d’une forme. Cette forme, en bois, je la sculpte moi-même sur base d’une forme standard. J’ai étudié la sculpture, pas la mode, croyez-moi, ça m’aide au quotidien pour mes créations ! Chaque béret, chaque capeline, chaque borsalino, chaque melon prend vie sur ces formes. En tant que professeur à la Cambre, j’apprends à mes élèves en Master Accessoires ce processus de création. Travailler la forme, c’est forcément se détacher de l’uniformité des chapeaux fabriqués à la chaîne ! Ensuite, vient le travail du modiste proprement dit, soit j’ai le chapeau en tête et il est prêt en deux jours, soit le processus de création est beaucoup, beaucoup plus long ! Rire. »

 

La révolution Elvis. « A mes débuts, on me demandait souvent un bibi à voilette, un canotier, un béret … Mon audace, mon inventivité, c’est de les avoir dessinés dans des proportions nouvelles, dans des versions pliables pour les mettre dans un sac à main, dans des matières plus modernes … »

 

Sa collection été 2020. « Des pièces intemporelles, que je ne pense pas avoir créées en écho à la crise sanitaire. Ainsi cette grande capeline, que j’ai imaginée multicolore, estivale, joyeuse, pétillante, fantaisiste, …  Une collection baptisée Tutti Frutti, résolument gaie quoiqu’un brin nostalgique des années 50 et 60. Les couleurs sont acidulées, du rose, du jaune, comme des bonbons… Le naturel aussi, qui reste une valeur sûre. Le choix de la paille leur confère une légèreté aérienne, et le tressage offre un subtil jeu d’ombre et de lumière… A la réflexion, cette collection vitaminée, colorée, est peut-être une réponse à l’anxiété générée par cette crise sanitaire … Sans ce confinement, j’aurais sans doute créé une collection moins encline à favoriser l’optimisme ! »

 

Elvis Pompilio s’est-il assagi ? « Non ! J’ai été perçu comme très audacieux, très fantasque. Pourtant, je n’ai pas l’impression de m’être assagi. Dans les années 80, j’étais le seul modiste à faire preuve d’une telle extravagance. J’étais le nouveau, tout simplement. Je ne le suis plus. Peu m’importe, je continue à créer de la même manière, avec la même passion ! » Avec le même talent, aussi.


www.elvispompilio.com
shop@elvispompilio.com


roseline-d-oreye

En accord avec soi(e)-même

Roseline d’Oreye crée des carrés de soie d’une élégance folle où s’exprime son goût des voyages, des récits, des couleurs, de la nature, de la poésie. Rencontre avec une artiste belge qui vous transporte ailleurs.

On a découvert la boutique éphémère de Roseline d’Oreye, par un heureux hasard, en nous perdant dans les rues d’Ixelles. Ses carrés de soie enchantent le regard, c’est peu de le dire. Objets d’art ? Accessoires chic ? Une chose est sûre, nous devons faire plus ample connaissance avec l’artiste. Le lendemain, nous la retrouvons chez Balthasar Brussels, la nouvelle galerie du Grand Sablon qui réunit, sous un même toit, de nombreux créateurs. Roselyne d’Oreye y expose ses carrés de soie et ses « nastrito », de jolis rubans de soie à porter autour du cou, au poignet, à son sac à main, à la manière des Twilly d’Hermès.

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Roseline a toujours dessiné. Et voyagé. Dans sa valise, elle emporte un kit de peinture portatif et un carnet de voyage, son compagnon de route où elle note ses découvertes, ses impressions, ses émotions. Roselyne y dessine, notamment, des danseuses à Bali. De jolis croquis exotiques qui vont donner vie à un carré de soie qui ouvre le regard. Quand elle ne voyage pas, Roseline lit et se laisse inspirer par des poèmes de l’écrivain austro-hongrois Rainer Maria Rilke, avant de les transposer dans la composition d’un carré de soie. De la poésie à fleur de cou encore, avec la collection les Muses, où la grâce se mêle au mystère. Sa toute nouvelle collection, Bleus Cieux, parle d’un ciel bleu auquel tout un chacun aspire, le bleu du Jardin Majorelle si cher à Yves Saint Laurent, le bleu de la vita e bella, le beau du ciel de Magritte, aussi.

C’est son but, sa bataille. Consacrer sa vie à ses passions. « J’ai été illustratrice et professeur en arts plastiques pendant 10 ans. Mais je n’arrivais pas à m’investir pleinement dans ce qui était vraiment ma passion. Je viens d’une famille noble catholique (les d’Oreye de Lantremange, ndlr) où l’art était considéré comme un divertissement du dimanche. Il n’était pas question de prétendre au statut d’artiste à temps plein. Ni à celui d’entrepreneur au féminin… »

Roseline d’Oreye a pourtant la certitude, en son for intérieur, au-dedans, qu’elle doit s’accrocher à ses rêves, coûte que coûte. C’est une question de survie. Un WoWo Funding (plateforme de crowdfunding pour les femmes), des rencontres bienveillantes et un réseau qui se construit peu à peu, vont alimenter une première collection qui voit le jour en 2019. Roseline prend son envol, exprimant dans ses carrés de soie à la fois son talent d’illustratrice et celui de conteuse d’histoires. Désormais réconciliée avec son héritage, elle inscrit 1249, date à laquelle remontent les premières traces de sa famille paternelle, dans son logo… Pourquoi la soie ? « Parce qu’elle véhicule ma sensibilité, exprime la pérennité, le raffinement, le lien entre l’Orient et l’Occident. Et le carré, car il renvoie à la stabilité… ».

On adore les carrés de soie de Roseline d’Oreye. On les plie en rectangle ou en triangle, on les positionne autour du cou pointe braquée sur la poitrine, ou sur le côté. A la cowboy, c’est plus girly que l’on imagine. Et l’été, le carré devient foulard, noué sous la nuque, pour un look bohème chic. En toute circonstance, on le noue au poignet ou à la anse d’un sac à main. Et vous, comment allez-vous vous approprier son carré de soie ?


Où trouver les carrés de soie de Roseline d’Oreye ?

Boutique Ephémère à Ixelles, Balthasar Brussels au Grand Sablon, Penélope by Armelle à Chaumont-Gistoux, Tumi to me à Waterloo, Belva à Leuven. Et sur son site : www.roselinedoreye.com